Carnet de voyage : 5 jours sur l’Ile de Jeju en Corée du Sud

ile-jeju

Ma première mission de volontariat en Corée du Sud s’est achevée le 22 août 2014, et avant de partir pour le Japon, j’ai pris quelques jours de « repos » sur l’île de Jeju, considérée par beaucoup d’asiatiques, notamment les touristes chinois et japonais, comme le « Hawaï asiatique ».

Je suis arrivé le lundi soir, pour un programme de cinq jours riche en émotions qui allait commencer le jour suivant. Durant la majeure partie de mon séjour, je suis resté à The Forest Hostel and Guesthouse. Cette auberge est idéalement située dans le centre de Jeju City, à proximité du marché tradidionnel Dongnum, de rues abritant de nombreux restaurants de barbecues au porc noir (spécialité de Jeju), du bord de mer et ses restaurant de poissons frais, ou même de l’e-mart pour ceux qui préfèreraient cuisiner eux-même. Enfin, il est possible de louer vélos et scooters dans une boutique à 5 minutes à pied de l’auberge. le Staff ne manquera pas de vous indiquer le chemin. Dernier plus, il est possible de louer, pour trois fois rien un routeur wifi pour avoir accès à Internet lors de tous vos déplacements sur l’île.

Pour les deux premiers jours, étant seul, j’ai axé les activités sur le sport, en attendant l’arrivée d’un ami moins sportif que moi pour les trois jours suivants.

Jour 1 – Excursion à vélo en bord de mer

mer-jejuPour ce premier jour de découverte de Jeju, j’ai décidé de louer un vélo et me suis fixé pour objectif d’atteindre une plage à l’ouest de l’île (Jeju city étant situé au nord). Je me suis donc lancé pour 60km de pédalage le long de la côté et j’ai eu le plaisir de découvrir de nombreux petits quartiers très agréables, avec des maisons très typiques, et surtout aucun gros hôtel qui vient polluer la vue…

La plage en elle-même était beaucoup moins intéressante puisqu’on qu’il n’était pas vraiment possible d’y nager. La zone autorisée est pourtant large, mais semble réservée aux barbotages et autres jeux. les nageurs devront repasser. D’ailleurs, je n’ai vu aucun coréen nager, tous s’amusant avec leurs bouées et les uns avec les autres.

Contrairement à ce que la météo annonçait et ce que le ciel laissait présager au moment du départ, j’ai eu le droit à un grand ciel bleu une bonne partie du trajet. Ayant laissé ma crème solaire à la maison, je me suis vite retrouvé avec les marques de soleil typiques du cycliste, attrapant même, pour la première fois de ma vie, des coups de soleil sur les mains !

L’aller-retour à vélo m’a pris environ 6h. La location était à un prix assez standard en Corée de 10 000 won (~7,5€).

Jour 2 – Randonnée jusqu’au sommet du Mont Hallasan

randonnee-mont-hallasan

Le lendemain, j’ai voulu me lancer à l’ascension du mytique Mont Hallasan, plus haut sommet de Corée du Sud, mais tout ne s’est pas forcément passé comme prévu.

Le ciel étant très nuageux, j’ai longtemps hésité à me lancer, mais comme la météo semblait empirer les jours suivants, il était plutôt judicieux de faire cette randonnée comme prévu.

Comme je savais qu’il s’agissait d’une randonnée de quelques heures et que je marche plutôt vite, j’ai pris mon temps avant de partir de l’auberge. Et j’ai eu la mauvaise surprise de découvrir qu’un check-point était installé à mi-chemin de l’ascension. Si je n’atteignais pas ce check-point avant 14h, je ne serais pas autorisé à atteindre le sommet. Il était 11h, j’étais encore à l’auberge et il fallait soit-disant 5h pour faire cette ascension.

Pour gagner du temps, j’ai donc pris un taxi jusqu’au point de départ pour l’ascension (seulement 10 000 won) plutôt que d’attendre pour un bus. Je me suis alors lancé pour l’ascension de ce « géant » dont le sommet est situé à 1950 mètres d’altitude. 3h20 plus tard, j’étais en haut, malgré une fringale due au fait que je n’avais pas eu le temps d’acheter à manger « à cause de leurs mesures de sécurité » inadaptées. Encore une fois, je reste perplexe face à ces décisions que l’on retrouve souvent en Corée et qui définissent une norme et l’imposent à tous les autres. Je vais revenir sur l’exemple de la plage d’hier. une amie, se trouvant face à une plage comme celle-ci et voulant nager, a essayé de s’éloigner. Un coréen chargé de la sécurité lui a demandé de rester dans la zone délimitée, qui ne proposait aucun espace pour nager…

Pour ce qui est de la fringale, chose qui ne m’était (encore une fois) jamais arrivée, je l’ai stoppé en demandant un ou deux biscuits sucrés à d’autres randonneurs. A peine j’avais mangé ces biscuits que je  retrouvais suffisamment d’énergie pour atteindre le sommet. Et même dans cet dernière portion d’ascension difficile, j’ai mis seulement 1h30 contre les 1h50 indiquées. Pour descendre, j’ai emprunté un autre itinéraire, me permettant de m’arrêter en cours de route à une station de ravitaillement dans laquelle j’ai pu manger des nouilles chaudes bienvenues pour compléter le snack grignoté un peu plus tôt.

Au total, j’ai parcouru 18.6 km, sans trop sentir de courbatures suite aux kilomètres effectués la veille. Le soir, mon meilleur ami (avec qui j’avais déjà fait un voyage en Irlande il y a un an) m’a rejoint et nous avons voulu découvrir le quartier animé de City Hall… qui s’est avéré franchement calme, même pour un mercredi soir !

Jour 3 – Seogwipo sous la pluie

cascade-jeju

Le lendemain, nous somme partis pour la deuxième plus grande ville de l’île, Seogwipo, située au sud. Comme annoncé, il a beaucoup plu et nous n’avons pas pu faire grande chose. Après avoir fait le Check-in avec une dame ne parlant pas anglais, nous sommes partis à la recherche de deux restaurants, cités à la fois par Trip Advisor et Lonely Planet, mais ils étaient tous les deux fermés, voir n’existaient plus du tout…

En début d’après-midi, nous retournons à l’auberge pour louer des vélos mais contrairement à ce qui est indiqué sur le site de l’auberge (Jeju Hiking In, à éviter absolument !), ce n’est pas possible. Ce n’est pas non plus possible de faire sa lessive l’après-midi. Et pour clôturer le tout, l’homme qui nous annonce tout cela (et qui n’était pas là lors de notre arrivée le matin) nous précise qu’il y a un couvre-feu à minuit… Oui, nous devons absolument rentrer à l’auberge avant minuit sous peine d’être enfermé dehors ! Nous avons préféré nous faire rembourser notre deuxième nuit pour revenir plus tôt au Forest Hostel de Jeju City le jour suivant.

Du coup, le temps n’étant pas de la partie, nous n’avons eu l’opportunité de ne voir qu’une cascade, plutôt jolie mais pas exceptionnelle non plus , pour un montant de 2000 won. Le soir j’ai fait découvrir à mon ami le korean barbecue au fameux porc noir de jeju. On prend 2 types différents de morceaux. Si les premiers sont assez classiques, les autres un peu plus chers et beaucoup plus tendres, sont délicieux et justifient la réputation de ce porc noir.

Jour 4 – Marché, Jimjilbang et soirée très calme

soirée-jeju

Pour ce quatrième jour de voyage, nous avons vécu une journée plutôt tranquille. Nous sommes retournés au Forest Hostel, cette fois-ci en chambre privée avec deux lits simples, et j’ai pu faire une lessive sans aucun souci pour 3000 won.

Le midi nous avons fait un petit tour au Dongmun fish Market à côté de l’auberge. Nous avons souhaité enchainer avec un jimjilbang mais celui le plus proche était situé dans un hôpital, ce qui nosu a un peu refroidis… Nous avons donc pris un taxi pour en rejoindre un un peu plus excentré et plsu cher mais très agréable. Le soir, nous avons fait une nouvelle tentative dans le quartier de city hall, mais même un vendredi soir, cela reste très calme et finalement peu festif.

Jour 5 – Découverte de l’île d’Udo

plage-jeju-udoSamedi matin,le soleil a fait son grand retour. Nous en avons profité pour nous lancer dans une excursion au cratère de Seongsan. Le site est vraiment très joli et offre une belle petite marche d’environ 30 minutes pour atteindre le haut du cratère et profiter de la vue.

L’après-midi, nous avons retrouvé un groupe d’amis coréens avec qui nous avons découvert la petite île d’Udo. Nous avons loué un vélo en tandem (15 000 won pour les 3 heures qu’il restait jusqu’au dernier ferry) et nous avons fait le tour de l’île en 2h avec divers arrêts photo, café et plage. Le tour d’Udo est vraiment très plaisant et c’est pour moi l’un des lieux à visiter absolument lors d’un séjour sur l’île d’Udo. En y consacrant une journée entière, vous aurez en plus la possibilité de rentrer un peu à l’intérieur et pas simplement d’en faire le tour. Le soir, nous avons tous mangé dans l’un des restaurant de poisson frais situé non loin de notre auberge, en borde de mer.

Le dimanche matin, nous avons quitté Jeju plein de bons souvenirs, mais aussi avec quelques déceptions, comem cet article un peu plus râleur que d’habitude a pu vous le montrer.

Articles similaires

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Christopher

Accro au voyage depuis 2008, j'aime découvrir de nouvelles destinations en prenant mon temps, et si possible en faisant du sport ! Je suis également passionné de cinéma, donc il peut m'arriver de faire référence à des films dans certains articles.

6 CommentsLaisser un commentaire

  • J’avoue que moi aussi j’ai été un peu déçue par Jeju mais tout comme toi nous n’avons pas eut grand beau temps ce qui limite les activités. Par contre nous avons parcourir la Olle 7 sur une journée et ça on a vraiment aimé, je recommande

  • J’étais un peu déçu aussi. J’y suis passé en août pendant la mousson. Je n’ai jamais pu voir la tête Hallasan. Je l’ai d’ailleurs grimpé deux fois pour ne voir qu’à deux mètres de distance dans la brume. Je pense que pour profiter de l’île, il faut y aller en automne en espérant avoir quelques jours de ciel dégagé. J’étais très surpris de voir l’aspect touristique de l’île aussi. Je savais que c’était bien développé, mais on dirait qu’il y a plus d’hôtel que de maisons pour les habitants !

    • C’est marrant pour les hôtels, on a pas du être sur les mêmes bords de mer. Au nord ouest, il n’y avait quasiment que des habitations et c’était très agréable. Tu étais au sud ouest non ?

  • C’est decevant au point de vue climatique mais il me parait que l’ile vaut un detour quand il fait beau quand meme, j’espere dans les autres jours , tu aura beau temps

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.