From Nantes with love

Après des années à voyager, je me suis installé à Nantes en Novembre dernier. Cet été, j’avais la possibilité de partir, encore, à l’aventure. De découverte en découverte, mes yeux se sont illuminés chaque jour un peu plus.

L’aventure, oui, je l’ai vécue tout l’été, et pour ça, je n’ai pas eu besoin d’aller à l’autre bout du monde, je suis resté à Nantes. L’animation estivale de la ville m’a émerveillé, tandis que j’appréciais la douceur de cette nouvelle vie de sédentaire et de ces rencontres, moins éphémères que celles faites sur la route et tout aussi belles.

Nantes a rempli mes yeux de lumières d’été et ma peau d’un soleil éclatant.
Mon âme a été transférée dans un autre monde. Une renaissance avec un nouveau coeur. Je suis rentré chez moi. Là où est ma place.
Je vais garder un peu de cet été pour les prochains mois et pour l’éternité.

Il y a quelques jours, je me suis demandé quelle avait été la dernière fois que j’avais vécu un aussi bel été : c’est bien simple, cela remonte à 2008 et mon tout premier “gros” voyage au cours duquel j’ai fait le choix de m’élever en bravant ma timidité. A bien des égards, je peux dire que c’est en Chine, il y a maintenant 11 ans, que je suis venu au monde. J’avais 24 ans. Et c’est à Nantes, peut-être, aujourd’hui, à 35 ans, que je suis en train de devenir adulte.

Heureusement, cela ne m’empêche pas de conserver mes yeux d’enfant et mon coeur d’ado et de savoir m’amuser. Je suis pas mal sorti, j’ai fait du vélo, du kayak, j’ai été à la mer, fait des BBQ…

Mais cela fait un bon moment que je suis en quête de stabilité, et certains choix de ces dernières années ont contrarié mes plans bien tracés. Tout semble enfin prendre forme, aller dans la bonne direction, depuis quelques mois. Je ne suis pas à l’abri d’une mauvaise surprise, bien sûr, mais j’ai le sentiment que je suis entré dans une phase très positive et durable. Plus besoin de courir sur toute la planète aujourd’hui, j’ai trouvé mon monde, mon univers, ici, à Nantes.

Etre en paix avec soi-même

Attention, je ne remet pas du tout en cause l’importance que le voyage a eu dans ma vie. Marcel Proust disait “Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux”. L’exploration, l’aventure et les rencontres contribuent autant à découvrir le monde qu’à se connaître soi-même. Au cours de ces années durant lesquelles le voyage prenait une part très importante, j’ai grandi. J’ai peu à peu compris comment être heureux, comment trouver l’équilibre pour être apaisé lorsque je suis seul et lorsque je suis avec les autres. Je sais, surtout, ce que je ne veux pas, et je peux, enfin, éviter, m’éloigner des relations toxiques, sans frustrations. Le voyage m’a offert de nouveaux yeux, sur moi-même et mon environnement.

Aujourd’hui, je prévois toujours de voyager, mais ce sera surtout pour des escapades en amoureux comme on peut en trouver chez Sport Découverte ou quelques jours de retraite d’écriture, loin du quotidien, comme j’ai pu le faire à Trouville au mois de juin. J’ai d’ailleurs très envie de le faire à l’île de Ré. Car l’écriture, elle aussi, reprend une place importante dans ma vie. Et plus particulièrement l’écriture de scénarios de films. Entre mes différents jobs et blogs, cela fait maintenant près de 10 ans que j’ai fait de l’écriture une part importante de mon quotidien. Mais j’ai trop longtemps mis de côté cette passion pour le cinéma.

Après un premier court métrage amateur, Paris in Love, tourné en 2012 (voir ci-dessous), j’ai tourné, l’année dernière, un nouveau projet, Entrevue, qui a été sélectionné dans plusieurs festivals à travers le monde ces derniers mois. Surtout, depuis octobre, je travaille sur un autre scénario, le plus personnel, le plus introspectif que j’ai écrit.

J’ai la chance, aujourd’hui, d’avoir un mode de vie avec beaucoup de temps à consacrer à l’écriture, au sport, ou à voir des films. Et il s’agit des choses les plus importantes, qui me font le plus de bien, en tout cas lorsque je suis seul. J’ajouterais bien la lecture, car j’aime vraiment découvrir de nouveaux romans, mais je dois bien avouer ne pas y consacrer autant de temps que désiré. J’avais lu 12 romans en 2018 et cette année je n’en suis qu’à 5. Bref, mon esprit divague…

« It’s just really hard to need people »

Bojack Horseman

Manque de bol pour moi (et pour le reste de l’humanité), nous avons tous besoin d’interactions avec les autres. Beaucoup de personnes passent énormément de temps leur bulle, d’autres, au contraire, n’arrivent pas à rester seuls et recherchent constamment la présence de quelqu’un. Je ne vais pas prétendre avoir atteint l’équilibre parfait, j’ai d’ailleurs le sentiment que c’est toujours un peu fluctuant. Toutefois, j’arrive plutôt bien à gérer les deux. C’est d’autant plus délicat que je passe souvent une bonne partie de la journée à travailler seul chez moi. Heureusement, je sais reconnaitre mes moments de lassitude, et les laisser vivre, procrastiner, quand il le faut, ou alors me prendre en main, voir du monde, me divertir, lorsque c’est nécessaire. Bref, le clé du bonheur, ce n’est pas de trouver exactement ce dont on a besoin, car rien n’est figé et définitif, mais d’ajuster au fur et à mesure, tout en étant bienveillant avec les autres.

Depuis quelques années, je m’intéresse au principe d’Utilitarisme, une doctrine philosophique développée par le britannique Jeremy Bentham. Inspiré par l’hédonisme, il y ajoute une dimension morale, sous forme de critères, qui permet de chercher a réaliser les actions qui nous apportent le plus de bonheur, le plus longtemps possible, avec le moins de souffrance possible. Le tout en considérant le bien être de tous et pas seulement le bien être individuel. Encore une fois, on en revient à l’équilibre : Hédoniste, sans être égoïste ; Bienveillant, sans être (trop) altruiste.

Et puis Nantes, c’est cool

Mes amis le savent, je ne suis pas du genre à faire preuve d’un enthousiasme démesuré (j’en entends rire au fond de la salle). Quoiqu’il en soit, comme de nombreuses autres personnes ces dernières années, je suis tombé amoureux de cette ville. Lorsque j’ai quitté Paris en 2014 pour explorer le monde, j’étais convaincu qu’à mon retour en France, je m’installerai à la Montagne, à Annecy, ou Briançon par exemple.

L’amour m’a finalement fait poser mes valises à Blois et Tours pendant 1 an et demi. Une opportunité professionnelle vraiment spéciale m’a fait faire de nombreux voyages de courte durée à Nantes, et très vite, j’ai compris que cette ville avait un truc en plus. Alors, lorsqu’il a été le temps de bouger, de vraiment faire le choix de construire quelque chose pour moi, cette ville est apparue comme un choix naturel. Début 2018, j’étais à un tournant, j’écrivais déjà un article sur les changements importants que j’étais en train de vivre et mes projets pour l’année. Cela fait presque un an que je suis ici et chaque jour je suis un peu plus heureux du choix que j’ai fait.

Tous les étés, un évènement culturel, le “voyage à Nantes” prend place dans toute la ville et la transforme en galerie d’art à ciel ouvert. Au fond de moi, j’ai le sentiment que je voyage toute l’année : Lorsque je marche sur les bords de l’Erdre, je me retrouve au Canada, en pleine nature, “loin” des zones urbaines ; Durant le Festival des 3 continents, je suis à la fois en Amérique du Sud, en Afrique, en Asie ; A Transfert, tout l’été, je suis à un festival de musique ; A Trentemoult, je profite de l’air marin et de l’ambiance d’un petit village de bord de mer… loin de l’océan ; Au cinématographe, je me retrouve dans le monde de Fellini, dans les années 50, en Italie… Et surtout, à Nantes, j’ai le sentiment de vivre pleinement Aujourd’hui, d’apprécier les surprises et merveilles que chaque jour peut m’offrir.

Articles similaires

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Christopher

Accro au voyage depuis 2008, j'aime découvrir de nouvelles destinations en prenant mon temps, et si possible en faisant du sport ! Je suis également passionné de cinéma, donc il peut m'arriver de faire référence à des films dans certains articles.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.