Visite Kobe, Mont Rokko et Arima Onsen

Au mois de mai, je suis retourné au Japon, cinq ans après un voyage qui m’avait profondément marqué. J’ai notamment profité de cette nouvelle aventure pour découvrir la ville de Kobe et ses alentours avec le Mont Rokko et Arima Onsen.

Je m’étais promis de revenir au Japon après cette première expérience en 2014. Lors de ce premier voyage au Japon, j’avais passé pas mal de temps à Tokyo et j’avais ensuite effectué un parcours plutôt classique, avec Kyoto, Hiroshima, Osaka et l’ascension du Mont Fuji. Cela faisait quelques année que j’avais l’envie de revenir, et après une occasion manquée en 2017, je me suis enfin lancé. Et pourtant, il y a encore quelques semaines, ce n’était pas du tout prévu !

Initialement, j’avais prévu de partir au Festival de Cannes pour mon blog cinéma. Seulement, je n’avais aucun voyage prévu dans l’année et j’avais beaucoup d’incertitudes sur ce que j’allais faire cet été. Au final, il s’avère d’ailleurs que je ne vais pas voyager. Même si j’ai récemment fait le choix de m’installer à Nantes et de faire moins de voyage, j’ai ressenti, après l’hiver, le besoin de bouger. Depuis quelques temps, je privilégie les longs voyages. Mais là, mon créneau était plutôt court, j’avais seulement deux semaines de disponibles en mai, et je me suis décidé début avril. J’ai été très agréablement surpris de voir qu’en réservant moins de deux mois avant, je pouvais trouver un aller-retour pour le Japon pour seulement 648€ sur Liligo.com. Le tout au départ de Nantes, sans correspondance qui s’éternise à mi-parcours et avec Air France / KLM ! je n’ai donc pas hésité très longtemps et j’ai sauté sur l’occasion.

J’ai profité du voyage pour passer pas mal de temps à Tokyo avec mon ami Aala du blog gaijinjapan.org, dont j’ai d’ailleurs suivi les conseils pour mes excursions. Et c’est la première d’entre elles que je vous présente aujourd’hui, la ville de Kobe, réputée, à juste titre, pour son boeuf, et qui regorge d’autres surprises qui ne demandent qu’à être découvertes.

Activités et visite dans la ville de Kobe

A la découverte du port et du parc Meriken

Le port de Kobe a tout ce dont vous avez besoin. Relativement nouveau, c’est l’un des lieux les plus sympa à visiter à Kobe : au bord de l’eau, avec une vue sur la tour du port de Kobe, des restaurants, cafés et même le panneau « Be Kobe » pour les amateurs de photos.

Meriken Park est un grand espace ouvert, qui permet de circuler entre ces différentes attractions sans croiser de voitures. C’est réservé aux piétons ! Pour ceux que ça intéresse, c’est là que la fan zone de Kobe pour la Coupe du Monde de Rugby 2019 sera installée et ça devrait être encore plus animé à ce moment là !

Chinatown

A environ 15 minutes à pied de la zone portuaire, vous pouvez vous rendre au quartier chinois, « Chinatown ». Il y a une rue principale, avec de grandes portes à chaque extrémité, ainsi qu’une place. On y retrouve les lanternes rouges traditionnelles, temples et plats typiques de ce genre de quartier. C’est parfait pour manger sur le pouce ou déguster des raviolis

Kitano, le quartier des diplomates

Pour être exact, il s’agit du quartier des marchands et des diplomates occidentaux qui se sont installés à Kobe au 19e siècle. Comme dans beaucoup de villes dans le monde, ce quartier plus huppé se situe dans les hauteurs de la ville. Les riches se retrouvent ainsi dans une position de hauteur et de « supériorité » qui m’a forcément fait penser aux enjeux du film d’Akira Kurosawa « Entre le ciel et l’enfer », que je vous recommande fortement !

Le quartier de Kitano n’est peut-être ce qu’il y a de plus original pour les touristes occidentaux, mais c’est très joli et il offre quelques beaux points de vue sur le ville, depuis un joli parc pavé, avec des sculptures et des oliviers. C’est donc presque un Must-see pour ceux qui n’auraient pas le temps d’aller jusqu’au Mont Rokko ! En plus des vues, vous pourrez admirer de nombreux manoirs historiques.

Testez le boeuf de Kobe

Lors de mon premier voyage au Japon, j’avais déjà prévu de manger du boeuf de Kobe, lors de mon passage à Kyoto. Manque de pot, la veille de mon repas, je suis tombé malade. Je me sentais mieux le jour même, mais honnêtement, je n’étais pas très enchanté à l’idée de dépenser beaucoup d’argent dans un repas que je ne pourrais vraiment apprécier ! J’avais donc pris la décision d’annuler cette expérience et de la reporter à un futur voyage. Et j’ai pu me rattraper lors de ce deuxième voyage, en réservant au Kobe Kikusui Steak Shop.

Pour un peu plus de 110€, j’ai eu le droit à menu complet et un bière. C’était suffisament riche pour ne plus du tout avoir fin à la fin du repas. Mais je me doute que vous souhaitez surtout que je réponde à une question « Alors, est-ce que le boeuf de Kobe est-il vraiment si bon qu’on le dit ? »

Le boeuf de Kobe est une appellation d’origine qui repose sur deux éléments : la variété de viande Wagyu et un élevage dans la préfecture de Hyōgo, dont la ville principale est Kobe. Vous avez l’impression que je tourne autour du pot ? Allez, j’arrête de vous faire languir et je vous dit vraiment ce que j’en ai pensé : Je me suis régalé ! Pour la petite histoire, je suis fils de boucher, donc la viande de boeuf, j’adore même si j’ai grandement réduit ma consommation avec les années. C’était vraiment délicieux, doux, gras et fondant. On a vraiment l’impression qu’Il fond dans la bouche. Pour être honnête, je ne suis pas suffisamment expert pour juger du rapport qualité / prix, et peut être qu’on peut trouver aussi bon avec de boeuf français de qualité. Par contre, je peux vous dire que je n’ai aucun regret. J’ai mangé quelques tranches de boeuf de Kobe absolument succulentes et j’ai réalisé un de mes rêves. Le reste, ce ne sont que des détails !

Excursions au Mont Rokko et à Arima Onsen

Grand amateur de bains publics et autres saunas, je suis forcément fan de Onsen (et de Jjimjilbang en Corée). J’ai donc profité de ce passage à Kobe pour me rendre Arima Onsen, un complexe thermal à proximité. Et forcément, cela a été un temps fort du voyage. Mais avant de passer l’après-midi à me détendre dans les sources chaudes, j’ai fait de la randonnée !

Je me suis rendu au Mont Rokko pour profiter de quelques unes des plus belles vues de la région. Depuis Kobe, il faut prendre le métro et le téléphérique jusqu’au sommet du Mont Rokko. Une fois en haut, on peut alterner parmi différents spots : Le Tenran café et son restaurant, un observatoire et même le village d’Heidi. Oui, oui, oui !! 🙂

Il s’agit d’un hommage au dessin animé diffusé dans les années 80 et mettant en scène Heidi dans les alpes suisses ! La vue depuis ces différents lieux est assez canon, et j’imagine que cela doit être assez spectaculaire d’y être pour le coucher de soleil.

Pour circuler entre les différents points et jusqu’au télésiège permettant de poursuivre vers Arima Onsen, il est possible de se déplacer en bus. Mais comme j’avais envie de me dégourdir les jambes, j’ai emprunté les différents chemins pédestres à ma disposition et indiqués sur la carte. Ci-dessous, quelques photos de la zone d’Arima Onsen (les photos à l’intérieur des thermes sont interdites) ainsi que des informations pratiques pour vous y rendre. Comme vous pourrez le constater, le décor est à la fois traditionnel et relaxant.

Comment s’y rendre ?

Vous pouvez voyager en à peine trois heures de Tokyo à Kobe en train grâce au shinkansen. Si vous avez un JR pass, vous pouvez réserver une place à l’avance, mais ce n’est pas nécessaire si vous voyagez comme moi en hors saison.

Une fois sur place, vous pouvez acheter un « Basic ticket », au comptoir d’infos de la Hankyu line à la station de métro Sannomiya. Ce ticket comprend tous les transports pour le Mont Rokko et Arima Onsen ainsi que l’entrée aux thermes. Prévoyez si possible une serviette car la location n’est pas possible sur place, seulement l’achat. Depuis Sannomiya, il faut ensuite prendre la Hankyu line jusqu’à Rokko (ditection umeda), puis le bus 16 jusqu’à Rokko Cable Station

Pour ceux qui voudraient seulement se rendre au Mont Rokko il y a le « Tourist Pass » à 1000 yen pour les étrangers qui ne couvre pas le transport jusqu’au Onsen ni l’entrée.

Voyage réalisé en partenariat avec l’Office de Tourisme de Kobe. Je conserve le contrôle total des contenus et avis publiés dans le cadre de ce voyage.

Articles similaires

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Christopher

Accro au voyage depuis 2008, j'aime découvrir de nouvelles destinations en prenant mon temps, et si possible en faisant du sport ! Je suis également passionné de cinéma, donc il peut m'arriver de faire référence à des films dans certains articles.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.