Volontariat au Mexique : professeur d’anglais pour une fondation Maya

Volontariat au Mexique

J’ai écrit plus de 60 articles sur le site depuis le mois de juillet dernier, et finalement, je n’ai quasiment pas parlé du tour du monde que j’ai réalisé en 2010-2011. J’ai bien évoqué mon trek dans le sanctuaire des Annapurnas, avec un carnet de bord et une galerie photo. Mais la plupart du temps, j’ai abordé mes voyages plus récents en Irlande, en Espagne, à Budapest ou je vous ai donné des conseils pour la préparation de votre tour du monde.

ecole-yucatanJ’ai également plusieurs fois abordé le thème du voyage solidaire. Aujourd’hui, je vais une fois de plus aborder ce thème, mais dans le cadre de mon expérience personnelle. En effet, en 2011, j’ai fait du volontariat pendant un mois dans une école au Mexique.

Un mois de volontariat au Mexique

Le Yucatán est une péninsule bien connue des voyageurs au Mexique. Que ce soit pour du tourisme de masse à Cancun ou des voyages un peu plus baroudeurs, le Yucatán attire chaque année des milliers de touristes. Les voyageurs viennent profiter de l’Océan sur l’Ile Isla Mujeres, faire de la plongée dans les Cenote ou encore visiter les sites archéologiques de Tulum et Chichen Itza.

Chichen Itza justement, c’est un des sites touristiques les plus connus, l’une des sept nouvelles merveilles du monde. Mais c’était aussi l’un des plus importants centres religieux de la civilisation Maya.  Et Aujourd’hui encore, plus de trois millions d’habitants de la péninsule sont d’origine Maya, et un tiers d’entre eux parle encore un langue Maya. Ce sont souvent des populations avec des revenus modestes, et plusieurs programmes sont mis en place par des associations pour les aider.

Ainsi, une fondation Maya nous a offert la possibilité d’enseigner l’anglais pendant un mois auprès des populations Maya, juste à coté du site de Chichen Itza. Tous les jours, nous allions dans une collège à quelques kilomètres pour donner des cours d’anglais à plusieurs classes. On s’est vite rendus compte que ces élèves pouvaient vraiment profiter des volontaires de la fondation, car leurs professeurs, un peu comme nos instituteurs, étaient des généralistes, et eux-même avaient un niveau très limité en anglais. Ils leur faisaient suivre le programme du manuel, mais eux-même ne comprenaient pas toujours le contenu des exercices.

Nous avons du revoir certaines bases et avons remarqué de réels progrès chez certains élèves. Comme dans toute classe, on voyait aussi très bien que certains élèves n’étaient pas intéressé et n’apprenaient pas ou peu. Mais pour beaucoup, ces cours d’anglais pouvaient s’avérer très utiles. Les élèves les plus doués pourront poursuivre leurs études. D’autres travailleront autour du site de Chichen Itza, et le fait de parler anglais pourra leur être utile dans leur travail au quotidien.

En plus de ces cours donnés au collège, nous donnions quelques heures de cours, chaque semaine, aux employés de l’hôtel ou nous étions hébergés dans le cadre de notre volontariat. Il s’agissait également de personnes d’origine Maya. Vous trouverez plus de détail sur l’organisation du volontariat ici.

Une expérience humaine très marquante

football-mexique

Si on a eu beaucoup de mal à motiver les employés de l’hôtel assister à nos cours, ou même a créer des liens avec eux, l’expérience a été beaucoup plus forte à l’école. La relation était toujours très bonne avec les élèves, et forcément, après un mois à leur donner des cours tous les jours, des « affinités » s’étaient créées. Si d’autres expériences nous ont marqué durant notre tour du monde, c’est clairement ce volontariat qui nous a le plus marqué.

En restant un mois sur place, on a pris nos habitudes, un quotidien s’est installé… Deux ou trois fois par semaine, nous allions dans le village de Piste, à coté de Chichen Itza, pour acheter des provisions et manger dans l’un des restaurants locaux. Pour la première fois du voyage, on se sentait un peu chez nous, et c’est le fait de s’être installés, mais aussi d’avoir contribué à la communauté locale, qui nous faisait ressentir ça.

Une expérience de volontariat modérément utile

Vous l’avez compris, cette expérience nous a marqué. Je l’ai tellement appréciée que je repars d’ailleurs en volontariat cette année en Corée du Sud. Mais est-ce qu’elle a vraiment été utile ? OUI. En soit, je ne pense pas que nos quelques cours d’anglais vont changer la vie des élèves du collège. Mais est-ce que vos cours d’anglais vous ont changé la vie ? Même si des professeurs viennent régulièrement dans le cadre du programme, le suivi n’est pas assez régulier pour obtenir de véritables avancées. Mais en même temps, nos cours étaient clairement d’un niveau supérieur à ceux donnés par leurs enseignants. Le résultat n’est donc pas parfait, mais il a le mérite d’être là.

Surtout, nous avons aussi, modestement bien sur, contribué financièrement aux populations locales. Pour nous rendre à l’école ou nous donnions nos cours, nous faisions appel à des chauffeurs de taxi du coin le matin et l’après-midi. Et tous les soirs, nous achetions de la nourriture chez des petits commerçants ou dinions dans un restaurant local, pas du tout touristique. Enfin, nous avons donné quelques centaines de dollars à la fondation pour participer au programme.

A la fin de notre mission, nous avons pris quelques photos à l’école avec les élèves. Vous pouvez les découvrir ci-dessous :

anglais-mexique

cours-danglais-mexique

ecole-mexique

eleves-ecole

eleves-volontariat

enfants-maya

jeunes-maya

sport-mexique

volontariat-anglais

volontariat-mexique

volontariat-yucatan

Articles similaires

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Christopher

Accro au voyage depuis 2008, j'aime découvrir de nouvelles destinations en prenant mon temps, et si possible en faisant du sport ! Je suis également passionné de cinéma, donc il peut m'arriver de faire référence à des films dans certains articles.

2 CommentsLaisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.