Le tour du monde des plus beaux marathons de la planète

Marathons du monde

Comme un tour du monde l’est par rapport au voyage, le marathon est une aventure d’une autre envergure, un peu à part, pour les coureurs. Et comme les tours du monde, la course à pied est de plus en plus pratiquée.

Les marathons les plus célèbres sont ceux du World Marathon Major (New York, Boston, Chicago, Londres, Berlin et Tokyo) auxquels on peut ajouter celui de Paris. Mais sont-ils réellement les plus incroyables, les plus extraordinaires ? Aux quatre coins du monde, des marathons permettent de vivre des expérience encore plus hors norme, dans des décors incroyables ou dans des conditions particulièrement atypiques.

Quitte à se lancer dans la longue et difficile aventure du marathon, autant vivre une expérience vraiment unique, quitte à se que le performance sportive pure et dure passe au second plan. Voici une sélection de marathons particulièrement originaux.

Le marathon du nouvel an de Zurich (Suisse)

Ce marathon a pour particularité de se courir la nuit, mais pas n’importe laquelle… Le départ du marathon est donné à 00h00 le 1er janvier de chaque année ! Une façon assez originale, et, il vaut mieux pour finir le course, moins alcoolisée que les soirées du nouvel an habituelles. Équipés d’une lampe torche frontale, les coureurs bravent les 42,195km et le froid accompagnés de somptueux feux d’artifice, pour garantir l’esprit de fête.

Marathon du nouvel an de Zurich

Le marathon du Kilimandjaro (Tanzanie)

Pas d’ascension de la plus haute montagne d’Afrique au programme, mais rassurez-vous, le géant (5895 mètres d’altitude) sera à vos coté, et visible pendant toute la course. Au programme de ce marathon, la traversée de la ville de Moshi et la découverte de nombreux petits villages, fermes et plantations de bananes ou cafés. Le tout avec les encouragements de la population locale tout le long de la route.

Marathon du kilimanjaro

Le marathon de Big Sur (États-Unis)

Big Sur est considéré comme l’un des plus beaux sites de la Californie du Nord et plus généralement de la côte ouest américaine. A quelques heures de San Francisco, le Marathon de Big Sur permet de courir sur la mythique Highway One, le long de l’océan dans des espaces incroyablement beaux. Attention, le parcours est assez vallonné, avec notamment une côte de 3km à plus de 4% à la mi-course.

Marathon de Big Sur

Victoria Falls Marathon (Zimbabwe)

Autre Marathon au cœur de l’Afrique, le Victoria Falls Marathon embarque les coureurs sur les routes du Zwimbabwe, avec en arrière plan les magnifiques chutes Victoria, parmi les plus spectaculaires au monde. Le trajet s’effectue notamment au sein d’un parc national et amène à traverser une frontière entre le Zimbabwe et la Zambie.

Marathon de Victoria Falls, Zimbabwe

Le marathon du Médoc, Bordeaux (France)

Le parcours traverse les célèbres vignes du Bordelais. Pas de recherche de performance en terme de chrono avec ce marathon. Au contraire, tous les deux kilomètres, les coureurs sont invités à prendre leur temps pour déguster des vins de la région, mais aussi des huitres, du foie gras et et de la charcuterie. Une expérience autant gastronomique que sportive au final !

Marathon du Médoc

Le marathon du soleil de minuit (Norvège)

L’une des épreuves les plus réputées de cette liste, avec plusieurs milliers de participants chaque année. Un départ en ville, plusieurs kilomètres dans la nature environnante et une arrivée en ville. Rien de bien original en apparence. Sauf que ce marathon se court de nuit… en plein jour ! En effet, Tromso est une ville située au nord du cercle polaire. Le soleil ne se couche pas du 18 mai au 26 juillet.

Marathon du soleil de minuit

Le Big Five Marathon (Afrique du Sud)

Troisième Marathon de cette sélection, le Big Five Marathon est peut-être le plus extravagant. Les coureurs sont invités, tout au long des 42,195km de course, à traverser la savane sud-africaine et à croiser diverses animaux sauvages comme des éléphants, rhinocéros, des girafes et pourquoi pas des lions et léopards ! Cette course a lieu dans la réserve Entabeni.

Big Five Marathon

Le marathon de l’Everest (Népal)

Direction l’Asie avec ce marathon qui amène les coureurs sur les sommets de l’Himalaya, à plus de 5000 mètres d’altitude et à quelques kilomètres seulement de l’Everest, le toit du monde. Ce n’est pas surprenant, mais ce marathon est référence dans le Guinness Book des records comme le plus haut marathon au monde. Pour accéder au point de départ du marathon, il faudra commencer par un trek de plsueiurs jours jusqu’au camp de base de l’Everest.

Marathon de l'Everest

Le marathon de la Grande Muraille de Chine (Chine)

5164 marches à monter ou descendre… C’est le défi un peu fou du Marathon de la Grande Muraille de Chine. Visiter l’une sept nouvelles merveilles du monde et accomplir un marathon en même temps, c’est quand même une expérience unique ! Au programme de la course, 18km sur la Muraille de Chine mais aussi la traversée de petits villages et de rizières.

Marathon de la grande muraille de Chine

Le Marathon du Pôle Nord

L’expérience la plus extrême, aussi bien par sa localisation géographique que par ses conditions climatiques, de cette sélection. Le Marathon du Pôle Nord permet aux coureurs de fouler la banquise en plein océan Arctique. Au programme, des glaciers et des températures naviguant entre -10° et -40° selon les années.

Marathon du Pôle Nord

Ceci n’est qu’un sélection personnelle. D’autres marathons offrent des expériences originales, comme le marathon de Las Vegas (couru de nuit), le marathon du Mont Saint-Michel, le marathon de Sibérie… Enfin, pour les plus sportifs, il y a aussi le Marathon des Sables, en plein Sahara. Mais contrairement à ce que son nom laisse supposer, il ne s’agit pas de 42km mais de plusieurs étapes à courir.

Articles similaires

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Christopher

Accro au voyage depuis 2008, j'aime découvrir de nouvelles destinations en prenant mon temps, et si possible en faisant du sport ! Je suis également passionné de cinéma, donc il peut m'arriver de faire référence à des films dans certains articles.

18 CommentsLaisser un commentaire

  • J’ai toujours eu dans l’idée de courir un marathon, mais le vélo à pris trop de place jusqu’à présent et je n’ai jamais trouvé la motivation de m’entrainer sérieusement assez longtemps.

    Partir à l’autre bout du monde pour le courir serait une bonne source de motivation.

    • Si tu fais du vélo régulièrement, ton entrainement marathon n’a pas forcément à être très intense ! Tout dépend aussi de niveau de performance recherché.
      Cela faisait des années que je voulais faire du sport sérieusement et régulièrement. Je n’en faisais que par phases, et ça me frustrait. Je me suis donc lancé dans le défi du marathon pour me challengé mais aussi pour « m’imposer » le fait de faire du sport. Quatre moi après, je courais le marathon en 4h15, une performance honnête pour une première.
      Et depuis, je continue à faire du sport de façon régulière 🙂

      • Mon gros problème n’est pas la forme physique en elle même mais de réadapter mon corps à la course à pied.
        Les efforts sont opposés et si la CAP est bénéfique au cycliste l’inverse n’est pas vrai. Tu as l’impression de faire 200 kg quand tu recommence à courir avec des jambes de cycliste !
        Mais la plus grosse problématique ce sont les articulations du cycliste qui ne sont plus habituées à subir des chocs. Résultat : il faut à chaque fois attendre une semaine entre deux entrainements et au moindre écart ça ne pardonne pas. Du coup, je me démotive et n’arrive jamais à passer cette période de ré acclimatation !

        • Oui je vois ce que tu veux dire. Je me met de plus en plus au cyclisme, mais je maintiens toujours un peu d’entrainement et d’objectifs en cours à pied à court terme pour justement ne pas totalement me rouiller !

    • EN fait le marathon ne se déroule pas intégralement sur la muraille de Chine, et ne nous embarque pas non plus sur un tronçon sinueux comme Simatai. Après, c’est sur qu’il ne faut pas faire ce marathon pour la performance, mais plutôt pour l’expérience !

  • En effet, pour l’expérience ça doit être top!
    Après, les quelques jours qui suivent un marathon sont assez délicats pour les jambes. Donc en voyage, c’est repos forcé ;=)

    Je fais donc toujours des marathons à proximité de chez moi!
    Fin octobre, je pars quelques jours à Amsterdam pour y courir le marathon!

    • Normalement c’est surtout très douloureux pendant deux jours. Trois maximum. Donc on peut vite être remis sur pied pour enchainer les visites. Et pendant les 2/3 jours en question, découvrir la gastronomie locale 😉

  • Ah … le marathon du Pôle Nord. Un doux rêve que j’ai depuis pas mal de temps déjà.

    4h15 au marathon avec seulement 4 mois d’entrainement derrière toi, tu as une très belle marge de progression ! Continue comme ça !

    • Merci 🙂 Je pense que j’aurais pu faire un peu mieux mais une petite crève m’a gêné la veille, et je ne recherchais pas non plus la performance.
      En mars 2014 je vise 1h35 au semi de Paris, et là il va falloir travailler dur !!!

  • Merci pour cette liste qui est une bonne source d’inspiration. J’ai démarré la course à pied fin 2012 et en septembre 2013 j’ai couru le semi-marathon de la rivière kwaï en Thaïlande. C’est une expérience inoubliable. En voici le compte rendu : http://letourdumondeen60jours.fr/le-jour-ou-jai-fait-le-semi-marathon-de-la-riviere-kwai/ Dès que j’aurai couru mon premier marathon à Paris en avril 2014, je m’attaquerai aussi à d’autres marathons dans le monde pour allier mes passions du voyage et de la course.

    • Bon courage à toi pour le marathon de Paris, tu verras, c’est une super expérience, même si les derniers kilomètres dans le bois de Boulogne sont assez redoutables. Du coup, quel marathon du monde envisages-tu de réaliser après cela ?

  • Super article. En zone équatorial, on peut également ajouter le marathon de l’espace, sur la zone de lancement d’Ariane à Kourou. ‘Faut pas viser la performance car les conditions climatiques ne s’y prêtent pas mais, le nom est assez joli pour le courir.

    • Il a l’air sympa en effet, et assez « facile » en terme de dénivelé. J’imagine le sentiment à l’arrivée, on doit encore plus avoir l’impression d’avoir « touché les étoiles » avec un tel décor.

  • Je viens de découvrir ce site, et merci du partage de vos expériences.
    Je suis moi même à la recherche de nouvelles courses hors du commun, je cours depuis 3 ans, et à mon premier marathon « TAHITI », j’ai aussi fais 4H15, et il y a encore de quoi progresser, aujourd’hui je le cours en 3H20, mais la performance n’est pas mon objectif, c’est d’avantage allier ma passion des voyages au sport.
    Je reviens du pole nord, c’était extra ordinaire, mais aussi très difficile.
    J’ai couru dans le sable, MDS magnifique paysage, cependant NY reste exceptionnel de part son organisation et la foule qui te pousse.
    La liste de dessus m’inspire beaucoup, quelqu’un a t il fait celui de l’éverest, je souhaiterai le faire l’an prochain.
    Merci encore pour vos commentaire et partage d’idée sport/vacances.

    Sportivement.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.